X-Men en streaming

10
BoredFineGoodAmazingExcellent (1 votes, average: 10,00 out of 5)
Loading...

X-Men

Vous savez, il y a eu une période ou les films de super-héros étaient considérés comme un genre de film à nanard ou à navet qui avait quasiment aucune popularité. Avant l’arrivée des années 2000, les films de super-héros étaient loin d’être de gros succès au box-office à cause des gros navets qui étaient sortis à cette période comme l’horrible « Batman et Robin » de Schumacher qui avait voulu revenir au style du Batman des années 1960 mais qui avait été décrié à sa sortie à cause d’un scénario lamentablement stupide et d’un jeu d’acteur catastrophique à tel point que George Clooney avoue lui-même ne pas du tout être fier de sa performance, ou encore le « Captain America » de 1990 et assez méconnue qui était vraiment ridicule avec du Disco en guide de musique de film, « Steel le justicier d’acier » de Kenneth Johson avec un costume de super-héros en carton pâte que les américains et plusieurs autres cinéphiles fan du genre considèrent comme celui qui a tué le genre du film du super-héros durant les années 1990 et j’en passe. Heureusement, trois films de super-héros ont redoré le blason des films de super-héros et ont prouvé que les films de super-héros pouvaient être passionnées, maîtrisé et traiter des thèmes sérieux. Il y a d’abord eu « Blade » de Stephen Norrington que je n’ais pas vu pour le moment, « Spiderman » de Sam Raimi que je me suis fait un plaisir de critiquer, qui était très bien écrit et ou l’on sentait que Raimi prenait plaisir à donner vie à l’homme araignée, et enfin Bryan Singer a réalisé « X-Men » en l’an 2000 qui est, selon moi n’étant pas spécialement fan de film de super-héros, une référence du genre et ce pour plusieurs raisons. Mais tout d’abord, sachez une chose : je n’aime pas du tout le comics, ni les séries animées qui l’adapte puisqu’on a le droit à une série de stéréotype et un énorme bordel mal géré au niveau de l’histoire que plus j’évite, mieux je me porte. Et si vous ne le savez pas encore, Bryan Singer n’aime pas le comics lui non plus, pour lui c’était juste une stupide BD américaine, et pourtant, sa mise en scène ainsi que ses personnages et son scénario sont excellent et pleines d’idées qui ont rénovés le film de super-héros. Premièrement, les deux personnages qui ont les liens les plus intéressants et les plus développé dans ce film sont sans conteste Charles Xavier et Magneto qui est un antagoniste vraiment marquant. Magneto, interprété par le charismatique et grand Ian McKellen ne cherche pas à faire péter le monde ou son compte bancaire contrairement aux autres super-vilains de film de super-héros, il veut imposer sa vision politique sur les mutants face aux humains car il a fait l’expérience de l’intolérance des êtres humains soi-disant « normaux » et il considère que la race humaine n’a pas d’avenir et qu’ils ne sont pas digne de confiance. Sa psychologie est intéressante, parce que ses intentions sont justifiées et son histoire est très dramatique faisant de lui ce qu’il est, un mutant qui prône la supériorité de sa minorité pour l’imposer face à la majorité. Alors que le professeur Charles Xavier, très bien joué également par Patrick Stewart (tiens tiens, Stewart ? C’est étrange, ça ne me rappelle pas de bon souvenirs), est du genre optimiste et il a foi en l’humanité, bien qu’il soit handicapé et il pense qu’une cohabitation pacifique entre mutant et humains est parfaitement envisageable et il fait tout en son pouvoir pour que l’être humain ne s’abaisse pas à traiter les mutants comme des hérétiques. Et franchement, j’adore la relation qu’ils entretiennent, ils sont dans des camps ennemis mais leurs dialogues et leurs discussions sont toujours amicales, ils échangent leurs point de vue sur les choses sans jamais venir au poing mais simplement comme deux vieux amis discutant simplement sur leurs différents, et la mise en scène de Singer pour démontrer leur opinion politique opposé est astucieux, un simple petit exemple : lorsqu’il y a un champ/contre-champ avec les deux personnages, l’un sera toujours placé du côté gauche de la caméra et l’autre du côté droit, ce n’est peut être pas grand-chose mais ce genre de petit détail de réalisation aide à rendre une relation entre personnage plus développé. Et la scène qui démontre le mieux leur rivalité, Spoiler: Mais parmi les autres relations qui sont sympathique à voir, il y a celui entre Malicia et Wolverine. Leur première rencontre et les échanges qu’ils auront dans le film montrent une relation père/fille assez touchante, l’une est cancérigène pour son entourage à cause de ses pouvoirs, l’autre cherche à la protéger de la solitude dont il est victime et par la même occasion, il cherche à se sauver de sa propre solitude Spoiler: . Néanmoins je reproche à ce film de trop se focaliser sur Hugh Jackman et son personnage de Wolverine. Ne vous méprenez pas, j’aime bien le personnage et j’aime bien Hugh Jackman, il a ce qu’il faut pour plaire au public lambda : il est balèze au combat, il a un côté bête sauvage stylé, Spoiler: et l’interprétation de Jackman est excellente lui permettant de se faire découvrir et de lancer sa carrière tout en rendant le personnage plus populaire à tel point qu’on imagine très difficilement qui pourrait le remplacer pour jouer Wolverine. Seulement… il éclipse un peu les personnages du second plan, encore on s’intéresse bien à Malicia et on se concentre sur un nombre précis de protagonistes sans qu’il y en ait trop mais j’aurais juste voulu que Wolverine fasse un peu plus « d’air » aux autres X-men. Mais bon, ça n’empêche pas les autres protagonistes d’être mis en avant, quand certains ne sont pas mémorable comme le crapaud joué par Ray Park alias Dark Maul dans « Star Wars épisodes 1 : L’attaque fantôme » qui s’était assez éclaté dans certaines scènes. Et puis, tant qu’à parler des personnages, tout ces mutants mis en avant que ce soit ceux de la confrérie de Magneto ou les X-men du professeur Xavier, servent à traiter du thème de la discrimination et du racisme à travers un film de super-héros, c’est peut être poussé dit comme ça mais quand même, en prenant un peu de recul sur la bande-dessiné c’était très probablement le but de Bryan Singer avec ce film car plusieurs personnages représentent une minorité victime par beaucoup de personnes de racisme : Tornade représente les personnes de couleur, Wolverine représente les anciens combattants vu comme une brute ultra-violent sans cœur, Malicia est l’image des personnes atteint du SIDA incapable d’avoir une relation avec quelqu’un d’autre, Cyclope pour les aveugles, Magneto pour les homosexuels Spoiler: , Dents-de-sabre pour les SDF, Mystique pour les transsexuels ou encore Jean Grey pour les femmes travailleuses qui sont méprisé par des patrons conservateurs et sexiste, ça ne frappe pas aux yeux mais c’était l’un des buts principaux du film je pense. Et tant qu’à comparer avec le comics, les costumes sont beaucoup moins flashy et sont plus discrète pour les X-Men et garde une certaine classe, là ou Batman et Robin était dégueulassement flashy et abusivement coloré pour un univers absurde et détruisait tout le charme du film, parce que voir Wolverine avec son costume jaune habituel ou Cyclope avec des bottines marrons, ça n’aurait pas été très fun et pour l’infiltration, la discrétion prime avant tout. D’ailleurs, je n’ais pas parlé plus en détail du casting parce que la plupart des acteurs font un excellent travail. James Marsden, Halle Berry, Famke Janssen, Anna Paquin, Tyler Mane enfin bref, tous sont très bon et bien dans leur personnages, certains plairont plus que d’autres mais je n’ais pas besoin de dire du mal d’un détail ou je n’ais pas grand-chose à redire. Pour parler des effets spéciaux, soyons indulgent vous voulez bien ? Ça a commencé à mal vieillir depuis et le fond vert se sent pas mal, mais pour l’époque c’était impressionnant à voir et le film avait seulement un budget de 75 millions de dollars alors que la plupart des productions Marvel ou de film de super-héros ou blockbusters de nos jours dépassent toujours les 100 millions de dollars ou parfois même les 200 millions de dollars. Et puis, Bryan Singer a très bien filmé et dynamisé le peu de scènes d’action du film, il ne faut pas oublier que c’est un film à scénario et que sa mise en scène sert avant tout à créer une ambiance mélancolique de manière à nous intéresser à ses personnages. En plus de ça, ce film se permet des touches d’humour pour rire de soi-même et de son propre univers ainsi que quelques clins d’œil au comics d’origine, et on a aussi un caméo de Stan Lee à l’époque ou on ne pouvait pas encore le voir dans la plupart des films de Super-Héros Marvel. A vrai dire, il n’y a pas grand-chose de mal que je pourrais dire contre ce film, pour être objective, il y a une scène qui est trop ridicule pour que ça ait sa place dans ce blockbuster : Spoiler: désolé mais ça c’était limite trop absurde pour que je prenne ça au sérieux. Après, la seule relation qui me paraît inutile et qui est là juste pour plaire aux fans Hardcore du comics, c’est le triangle amoureux totalement inutile entre Cyclope, Wolverine et Grey alors que la relation entre Grey et Wolverine n’est pas du tout développé et n’a pas de raison d’être. Mais bon, à part ça, je peux difficilement dire grand-chose de mauvais sur ce film, l’adaptation par un réalisateur qui détestait le comics à l’origine a permis quelque chose d’intelligent et de plus profond que la plupart des films de super-héros que nous avons à l’heure actuelle. Et en plus de ça, la musique du regretté Michael Kamen colle très bien à l’univers du film et certaines musiques sortent du lot, notamment celle de l’introduction qui, bien que courte, est extrêmement bien trouvé pour un film comme celui-là basé sur la mutation et tout ce qui va avec. Bref, pour conclure rapidement : « X-Men » est donc un premier opus d’une saga aussi excellent que « Batman Begins » de Nolan, j’ais beau garder une petite préférence pour le film de Nolan mais Bryan Singer continue de monter dans mon estime. Après « Usual Suspect », « Un élève doué » et « Walkyrie », c’est le quatrième film de sa filmographie que je visionne Spoiler: , et encore un bon film sans en avoir vu un seul qu’on pouvait qualifier de mauvais parmi ses réalisations. La suite offre plein de possibilité, j’ais hâte de voir ce que Bryan Singer a fait pour le second volet.

Durée: 104 min

Année:

IMDb: 7.4

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *