The Little Stranger en streaming

0
BoredFineGoodAmazingExcellent (No Ratings Yet)
Loading...

The Little Stranger

En 1919, en allant à la fasteuse réception de la famille Ayres dans son vaste domaine de Hundreds Hall à laquelle tout le village était convié, un jeune enfant découvrit un monde auquel il n’avait pas accès. Complètement fasciné par la beauté des lieux et des gens qui y vivaient, il réalisa que son plus grand désir était de faire partie de cet univers de richesses et de côtoyer ceux qui y demeuraient. Comme un symbole, il s’accrocha à un ornement sculpté à l’intérieur de la maison jusqu’à le briser pour pouvoir le conserver… Bien des années plus tard, cet enfant, aujourd’hui devenu le docteur Faraday, revient exercer son métier dans son village natal. Lorsque la domestique de Hundreds Hall, souffrante, le fait appeler, c’est l’occasion pour lui de retourner dans la propriété qui avait tant suscité son admiration à travers ses yeux d’enfants et d’enfin évoluer, par son nouveau statut social, avec ceux qui y habitent. Seulement, entre-temps les grands tourments de l’Histoire sont passés par là et la famille Ayres n’est plus que l’ombre d’elle-même, tout comme leur demeure en train de tomber en ruines et les terrains qui la composent sur le point d’être vendus afin de subvenir aux besoins de leurs propriétaires. La guerre a en effet pris tous les hommes de la famille en ne laissant que Roderick, le fils estropié, brûlé et atteint de stress post-traumatique, comme une espèce d’éternel stigmate de cette tragédie pour s’occuper de l’ensemble des terres. À ses côtés, sa mère et sa soeur Caroline sont comme prisonnières de Hundreds Hall, la première tentant de maintenir les apparences luxueuses d’un rang qui n’est plus avec un regard tourné sur le passé pendant que la deuxième s’occupe de son frère et des tâches ingrates de l’entretien de la maison. Mais il y a quelque chose de plus sombre qui se trame à Hundreds Hall : les manifestations d’une étrange présence peut-être en relation avec Suzanne « Suki », l’aînée des enfants morte très jeune avant la naissance des autres… Après le fabuleux « Room », Lenny Abrahamson était forcément attendu au tournant, le voir s’attaquer à ce qui s’apparente a priori sur le papier à un film d’épouvante classique de maison hantée était somme toute un choix étonnant mais, en réalité, il n’en est rien. Ceux venus pour chercher du frisson facile resteront clairement sur leur faim, cette adaptation du roman éponyme de Sarah Waters se sert avant tout d’un contexte possiblement surnaturel comme d’un simple accessoire pour un drame intimiste sur le destin brisé d’une famille bousculée par le regard envieux d’un homme. Poursuivant finalement toujours sur une thématique d’enfermement à l’instar de « Room », « The Little Stranger » confronte ce « petit étranger » devenu docteur en médecine à l’environnement idéalisé dans lequel il a toujours voulu vivre mais qui, dans le monde réel, est en train de s’effondrer, forçant ceux qui le peuplent à vivre en quasi-autarcie pour en maintenir les fondations tant bien que mal durant un temps plus qu’incertain. Faraday est enfin parmi ceux dont il a toujours envié la condition mais ne parvient toujours pas pleinement à en profiter devant les barrières plus ou moins inattendues qui se dressent devant lui, notamment sa relation sentimentale contrariée avec Caroline, et surtout le délitement progressif de cet univers symbolisé par l’immense bâtisse tombant lentement en décrépitude. Spoiler: « The Little Stranger »n’a donc rien d’un simple film d’épouvante lambda, l’essentiel n’est pas là et le propos visé par Lenny Abrahamson dépasse ce cadre, ici, considéré comme un accessoire au portrait fascinant d’un homme accroché à son rêve naïf d’enfant d’atteindre de bien plus hautes sphères que celles auxquelles il était prédestiné. Film d’ambiance à la lenteur réfléchie et dessinant des rapports humains où tout basculement peut devenir le synonyme de tragédies futures, « The Little Stranger » est de plus sublimé par une distribution de haut vol (Domhnall Gleeson, Ruth Wilson, Charlotte Rampling, Will Poulter… un quatuor d’exception). Pas étonnant que le film ait fait un flop commercial au vu de son discours complexe et de l’exigence induite par son interprétation, il ne reste plus qu’à espérer qu’il trouve désormais la reconnaissance que sa qualité et son intelligence méritent…

Vu: 649

Genre: DrameMystère

Durée: 111 min

IMDb: 5.7

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *